société
L’ILE DE TANNA (Vanuatu) ou les rites familiaux extraordinaires – France 5
  • Share :
L’ILE DE TANNA (Vanuatu) ou les rites familiaux extraordinaires – France 5
STORY
image movie

L’ILE DE TANNA (Vanuatu) ou les rites familiaux extraordinaires - France 5

UNE COUTUME ETRANGE : L’ECHANGE DES FEMMES

Tanna est une île du sud de l’archipel du Vanuatu.
Aujourd’hui encore, quand un homme souhaite se marier, il doit donner sa soeur en échange…
Ce film raconte cette coutume. L’occasion de découvrir un peuple étonnant !

Le Vanuatu, est un État d’Océanie situé en Mélanésie, dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, en mer de Corail. L’archipel, appelé Nouvelles-Hébrides, est composé de 83 îles pour la plupart d’origine volcanique situées à 1 750 kilomètres à l’est de l’Australie,
Nommé « Nouvelles-Hébrides » après James Cook, il connaît une colonisation lente et désorganisée . Il fait alors l’objet d’un conflit d’intérêt entre la France et le Royaume-Uni qui décident finalement en 1904 de mettre en place une administration conjointe, faisant de ces îles océaniennes la seule colonie gérée conjointement par deux puissances coloniales.
En 1980, les Nouvelles-Hébrides deviennent indépendantes sous le nom de « Vanuatu »

Confrontés aux missionnaires
Pendant plusieurs décennies, certains habitants ont choisi de revenir à leur mode de vie traditionnel. Ils n’acceptent le monde moderne que dans la mesure où il ne met pas en péril l’équilibre de leur société. Les villageois sont séparés en deux clans, chacun vivant sur un territoire bien distinct. La vie quotidienne s’organise autour de la place centrale du village. Les femmes sont précieuses, elles assurent la pérennité du clan de leur mari, elles ne s’achètent pas mais s’échangent. Leur répartition équitable parmi la population permet effectivement de préserver l’équilibre démographique et la pérennité des groupes locaux.

Tanna is an island in the south of the Vanuatu archipelago. Confronted with missionaries for several decades, some of the inhabitants have chosen to return to their traditional way of life. They only accept the modern world insofar as it does not endanger the balance of their society. The villagers have split into two groups, each living in a different territory. Everyday life is organised around the central area in the village. Women are valuable because they ensure the continuation of their husbands’ clans. They are not bought but exchanged. Their fair distribution among the population does indeed conserve the demographic balance and the sustainability of local groups.